Vous êtes ici :A propos » Le DGI
Le DGI

Directeur Général des Impôts

Cher(e)s collègues, Mesdames, Messieurs,

Dans ma dernière lettre que je vous ai adressée le 07 juillet de l’année dernière, je vous félicitais pour les performances réalisées par notre administration fiscale et les réformes engagées pour sa modernisation.

Rappelant par ailleurs la place centrale de cette administration dans le financement du budget de l’Etat dans un contexte de transition fiscale, je vous invitais à redoubler d’effort pour mobiliser davantage de ressources en offrant un service de meilleure qualité à nos usagers. Nous nous étions donc assigné l’ambition de hisser notre système fiscal au niveau des standards internationaux.

Je voudrais par la présente lettre vous inviter à marquer un temps d’arrêt pour apprécier le chemin parcouru, évaluer nos acquis et nos défis, afin de mieux nous projeter vers l’avenir. Nous nous prêterons à cet exercice d’un triple point de vue. D’abord au plan de nos performances quantitatives, ensuite au plan des réformes structurelles engagées et en fin au plan des conditions de travail du personnel.


En ce qui concerne nos performances quantitatives, nous pouvons tous être fiers de constater que le cap que nous nous sommes fixés est maintenu. Au terme de l’exercice 2014, la DGI a mobilisé F CFA 1 387 milliards sur un objectif de F CFA 1 240 milliards, soit un taux de réalisation de 111%. Bien plus, par rapport à l’exercice 2013, notre rendement a connu une progression de 12,7% en valeur relative et F CFA 156,7 milliards en valeur absolue.

Cette bonne dynamique s’est poursuivie au cours du premier semestre de l’exercice 2015, avec un rendement se situant à F CFA 824,1 milliards sur un objectif de F CFA 739,9 milliards, soit un taux de réalisation de 111,3%. Le fait notable au cours de ce semestre qui vient de s’achever est que toutes les structures de production ont, pour la première fois, relevé le défi de tenir chacun son poste en réalisant voire en dépassant les objectifs quantitatifs assignés.

Ces performances satisfaisantes sont le fruit de vos efforts constants, conjugués aux effets, déjà perceptibles, des réformes engagées et des mesures fiscales nouvelles prises. Permettez-moi de vous en remercier et de vous féliciter.

Mais comme nous l’avons toujours soutenu, elles traduisent également l’existence de marges de progression pour notre administration fiscale. C’est la raison pour laquelle nous devons nous mobiliser davantage. Le contexte actuel marqué par des défis sécuritaires, économiques et sociaux nous y oblige d’ailleurs.

La poursuite de l’assainissement du fichier des contribuables qui sera dorénavant regardé de très près, le renforcement de nos capacités opérationnelles en matière de recouvrement, la redynamisation de la fonction de recherche avec le déploiement des brigades régionales d’enquêtes, l’entrée en vigueur de la convention multilatérale de l’OCDE et la réactivation de la plateforme d’échange de renseignements avec la DGD, l’amélioration de la programmation et du suivi du contrôle fiscal, le raffermissement du rôle de l’ISI désormais rapprochée des services opérationnels, la mise en place des outils de contrôle de gestion, sont autant de leviers sur lesquels nous allons nous appuyer pour relever le niveau de mobilisation des ressources.

S’agissant des réformes structurelles entreprises, la réorganisation des services axée sur l’optimisation de la segmentation de notre population fiscale et la rationalisation de nos méthodes de travail, a déjà ses points d’ancrage. Ainsi, le recentrage de la DGE sur la gestion des risques spécifiques aux véritables grandes entreprises a permis d’améliorer de manière substantielle les performances de cette structure. La réforme des CIME a contribué à relever significativement la part du segment des moyennes entreprises dans le rendement global de la DGI. La réorganisation en cours des CDI marquera le parachèvement de ce processus.

Au plan de la rationalisation des méthodes de travail, l’introduction de la spécialisation par tâche nous a permis de gérer les risques d’indiscipline fiscale avec plus d’efficacité et d’offrir une meilleure qualité de service à nos usagers.

Sur cette question de qualité de service, nous pouvons également nous féliciter des réformes de simplification menées. La mise en place effective de la télé déclaration pour les grandes entreprises, l’implémentation du Mobile Tax et de la déclaration pré-remplie, sont caractéristiques de ces évolutions importantes.

Si ces réformes sont des acquis indéniables, il importe de les consolider en améliorant la fonctionnalité de ces outils et en les étendant dans les autres structures de la DGI. La télé déclaration sera ainsi progressivement déployée dans les CIME et le Mobile Tax ouvert pour le paiement des autres prélèvements aujourd’hui réglés en espèces.

S’agissant des conditions de travail, nous nous étions fixé comme objectif de les améliorer progressivement. Même si beaucoup reste à faire, nous pouvons légitimement nous réjouir des efforts enregistrés. Le cadre de travail s’améliore peu à peu ; les primes sont, comme les remises, dorénavant versées à un rythme trimestriel ; des véhicules de fonction et de service ont été mis à la disposition des structures opérationnelles et des principaux responsables, renforçant leur efficacité dans l’accomplissement de leurs missions.

Ces efforts seront soutenus et dans la mesure du possible, amplifiés. Le lancement du projet de construction du nouvel immeuble siège de la DGI permettra à notre administration de mieux servir l’Etat et les usagers tout en garantissant des meilleures conditions de travail au personnel. La pose prochaine de la première pierre du centre des sports et loisirs de la MUNDI contribuera à un meilleur épanouissement de la famille « impôts ». Des démarches sont en outre entreprises afin de permettre une gestion en interne des actes de carrière (avancement, reclassement, non logement, et autres documents) par la Sous-Direction des Ressources Humaines. Des études sont également en cours en vue de la mise en place d’un véritable centre de perfectionnement au profit de l’ensemble du personnel.

Voilà chers Collègues, Mesdames Messieurs, la situation de notre administration à ce jour ainsi que les perspectives pour l’avenir. Je vous invite à vous mobiliser davantage pour l’édification d’une Direction Générale des Impôts moderne qui comble toutes les attentes placées en elle. Les attentes de l’Etat en terme de financement des politiques de développement, les attentes des usagers en terme d’amélioration du climat des affaires et les attentes, non moins légitimes, des personnels, en terme d’amélioration des conditions de travail.

Je vous souhaite à toutes et à tous bonnes vacances et une meilleure santé.